Chirurgie du côlon pour Diverticules du côlon

Durée de l’intervention 1 heure 30 à 2 heures

Durée moyenne d’hospitalisation 3 à 5 jours

Image sigmoide

  • sous anesthésie générale

Informations mise à jour le 14/03/2017

Télécharger la fiche

La fiche d'information patient officielle sur la chirurgie colique est consultable et téléchargeable.

Indications

La diverticulose correspond à la présence de diverticules, qui sont des petites poches d’hyperpression localisées sur la paroi du colon. C’est une affection bénigne, mais qui peut se compliquer de multiples façons : poussées d'inflammation voire infection avec abcès, hémorragie et de sténose.
Dans les cas où la diverticulose s’est compliquée (infections sévères, hémorragies ou sténose) ou si elle provoque des douleurs répétées par diverticulite (inflammation des diverticules), il est possible de recourir au traitement chirurgical : la colectomie gauche (ou colectomie sigmoïdienne) qui consiste à enlever la partie du côlon atteinte par les diverticules.

Techniques d'intervention

L’intervention (sigmoïdectomie) consiste à retirer la partie du côlon sur laquelle sont localisés les diverticules (le côlon sigmoïde dans la très grande majorité des cas).
Deux techniques sont possibles :

  • par laparoscopie (ou cœlioscopie) : technique consistant à réaliser plusieurs petites incisions (4 à 5 incisions d’un centimètre chacune) et pratiquer l’intervention par système vidéo. Cette technique est la plus récente ; c’est celle qui est pratiquée la plupart du temps ; elle présente l’intérêt d’être peu agressive, réduisant les douleurs post-opératoires et permettant une reprise plus rapide des activités quotidiennes
  • par laparotomie : technique traditionnelle par voie ouverte consistant en une incision sous le nombril et réalisant une cicatrice de 10 à 15 cm environ ; cette technique est plus rarement réalisée, surtout en cas d’abcès, d’accolements importants dus à l’inflammation des diverticules, ou de cas de diverticuloses complexes avec fistules dans les organes adjacents (vessie, vagin, utérus, intestin grêle).

Après l'intervention

  • prise d'antalgiques simples (paracétamol)
  • vous pourrez vous lever le soir de l’intervention ou au plus tard le lendemain.
  • vous pourrez boire dès le soir de l’intervention et progressivement reprendre une alimentation normale.
  • reprise progressive des activités quotidiennes et d'une activité légère
  • arrêt de travail de 2 à 4 semaines
  • en cas de cœlioscopie : des douleurs sous les côtes ou vers les épaules ou sous les côtes peuvent survenir le lendemain de l’intervention et disparaissent en 24/48h
  • consultation post-opératoire 1 mois après l’intervention par votre chirurgien
  • reprise des activités physiques et sportives normales après 1 mois
  • la durée d’hospitalisation est variable selon la rapidité de la reprise du transit intestinal, ce qui est variable selon les individus (de 24 h à plusieurs jours).

Inconvénients de l'intervention

Risques et contraintes 

  • habituellement pas de nécessité de nettoyage du colon ("purge") avant l'intervention ; dans certains cas préparation nécessaire par simple laxatif ou lavement
  • complications possibles spécifiques de la chirurgie colo-rectale :

- saignements post-opératoires ; après chirurgie colorectale l’émission de sang est fréquente les premiers jours, en quantité variable, mais fréquemment en faible quantité, n’imposant pas de traitement spécial ; dans les cas où le saignement est plus important, il peut y avoir recours à une transfusion ou à un traitement par fer.

- fistule digestive : mauvaise cicatrisation de la suture (anastomose) intestinale pouvant entraîner l’apparition d’abcès ou d’une péritonite. C’est la complication la plus grave de la chirurgie colique ; selon sa sévérité le traitement peut consister soit en la pose de drains par ponction, antibiothérapie, voire dans les cas les plus sévères en la réalisation d’une nouvelle intervention lors de laquelle l’anastomose sera démontée et où l'on procédera à une dérivation des selles par une stomie, en principe temporaire

  • autres complications possibles non spécifiques de la chirurgie colo-rectale : thromboses veineuse (phlébite) ; infections pulmonaire ou urinaire, abcès de la paroi abdominale (infection de la cicatrice) entraînant une cicatrisation retardée de la peau

MVM
Millénaire Viscéral Montpellier - Cabinet MVM chirurgie viscérale

Centre de traitement
viscéral

Tél. : 04 67 42 19 70
Fax : 04 67 42 42 66

Ce site est à but informatif et ne remplace en aucun cas une consultation

  1. Mentions légales
  2. Plan de site
  3. © Millénaire Viscéral Montpellier - Cabinet MVM chirurgie viscérale - Réalisation Metycea